Vue générale

La performance économique de Madagascar s’avère décevante depuis au moins trois décennies. Non seulement la plupart des ménages, aujourd’hui,  se trouvent en moyenne plus pauvres qu’en 1980, mais près d’un quart de millions de pauvres supplémentaires sont apparus depuis 2001. La croissance économique reste trop faible et, quand elle a lieu, insuffisamment partagée pour créer des emplois et une amélioration des conditions de vie.

 Au-delà de ce diagnostic, somme toute bien connu, le défi consiste à proposer un agenda de relance économique pour Madagascar. Pour cela, il convient de commencer par le renforcement des institutions et des mécanismes participatifs tant au niveau économique que politique du pays. La maîtrise de la gouvernance apparaît en effet indispensable pour assurer que les décisions soient prises en fonction de l’intérêt  général (et non pas de certains particuliers) et ainsi contribuer à l’émergence d’un secteur privé porteur d’emplois et à  l’amélioration des services publics. Sur cette base, le pays pourra alors chercher à maximiser ses atouts tout en s’attaquant à ses faiblesses. Nul doute que la prospérité future de Madagascar devra se bâtir sur les atouts que représentent sa diversité environnementale, son potentiel agricole, ses ressources minières et la disponibilité de sa main d’œuvre. Simultanément, il lui faudra travailler sur ses faiblesses majeures, celles qui enferment le pays dans le piège du sous-développement, qui incluent des infrastructures désuètes en matière de connectivité (Communication et Transports), des déficits en capital humain (Santé et Education), des difficultés d’approvisionnement en eau et énergie ainsi que sa vulnérabilité aux risques naturels. Le défi est à la hauteur de l’enjeu car Madagascar se distingue tristement comme l’un des pays les plus pauvres de la planète, et cela malgré son potentiel connu et indéniable. Les réussites, comme celle du Viêt Nam, doivent servir d’inspiration  car elles montrent qu’il est possible de quintupler son revenu par habitant et de réduire son niveau de pauvreté par 5 en moins de 15 ans après des années de souffrance et de déclin économique. 

 Auteur : Jacques Morisset

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :